jeudi 13 septembre 2007

Traces documentaire d'interventions dans l'espace public


Captures vidéos de l'installation in-situ "Le miroir"

L'équipe du camion pizza (Mérrie, son mari dans le camion pizza, Raphaël, en vert, Robert, un habitant du quartier, et moi).


video

Ensemble de 3 vidéos documentant des interventions dans l'espace public.

1 ère vidéo: Le Miroir.
Durée: 2min50.

Le miroir est une proposition simple. C'est un carré de miroir, posé sur le comptoir, permettant au plongeur du restaurant et à la personne qui est en face, de contourner la façade de verre martelé qui les sépare, afin de pouvoir se voir, échanger ne serait ce qu'un regard... s'ils le désirent.

2ème vidéo: Le camion pizzalpes (en collaboration avec Mérrie, Edouard et Raphaël).
durée: 2min17.

Le camion pizza est un lieu d'expositions crée dans un camion pizza avec des habitants du quartier Bouchayer Viallet à Grenoble. Ici, c'est la première exposition, j'ai retravaillé en vidéo des films super 8 de repas de familles d'immigrées italiens dans les années 50. Mettant en rapport cette mémoire festive et l'icône urbaine du camion pizza, j'ai proposé au propriétaire de placer un moniteur vidéo diffusant le film sur son comptoir et de diffuser des images extraites du film imprimées sur du papier alimentaire.
Glissées sous les pizzas les clients les emportaient.
Cette forme rassemble dévelloppement culturel et économique. Les pizzaïolos vendaient plus de pizzas et le camion est devenu un lieu de rencontres qualifiées par une intervention artistique.

3ème vidéo: Meilleurs voeux 2002
durée: 1min 47
(images france 3 rhône Alpes)

Le concept de cette exposition de groupe était simple: exposer des "objets cadeaux" que les spectateurs pouvaient échanger.
J'ai donc demandé à des proches de particper à l'expo en m'offrant leurs derniers moments de 2001 et leurs premiers instants de 2002, ceci à l'aide d'appareils jetables que je leurs ai donné à chacun et en leur ayant expliqué le devenir de leurs photos.
Les spectateurs pouvaient alors m'échanger leurs présents contre les appareils jetables qu'ils étaient libres de développer ou non. A travers cet échange, je me place comme le lien entre le spectateur de l'exposition et l'un de mes proches.

Aucun commentaire: